Restauration traditionnelle : une année mitigée

Plusieurs événements ont perturbé l'activité des professionnels CHR : le mouvement des gilets jaunes, les grèves, les intempéries, l'attentat de Strasbourg …


En clair, les professionnels de la restauration traditionnelle ont connu une année compliquée, contrairement à la restauration rapide qui, elle, continue de briller.

Je m'attendais à une belle fin d'année mais depuis le début du mouvement des gilets jaunes, ça a été compromis. Après 2 belles années pour nous, 2018 ne sera pas un bon millésime

dixit le président du directoire de Léon de Bruxelles, Laurent Gillard

2018 n'a pas été l'année espérée, la croissance des chaînes est tirée par les seules ouvertures de nouveaux établissements

d'après Agnès théodose, déléguée générale du Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC). 

D'après une étude du groupe d'étude NPD, le marché de la CHD progressait de 1,1% en fréquentation à fin septembre sur 12 mois glissants, soit l'équivalent de 105 millions de visites supplémentaires. Cette vitalité est en partie due au succès porté par les fast-food : les dépenses totales des consommateurs dans ce type d'établissement ont augmenté de 3% (soit 18 milliards d'€), avec un ticket moyen en hausse de 1,4%. Côté restauration traditionnelle, le ticket moyen a augmenté de 0,6%.