Le re-remplissable consigné

une spécificité en consommation hors domicile

Les boissons commercialisées au sein des établissements de la consommation hors domicile sont servies par le recours à 2 types d'emballages :

  • Les emballages «re-remplissables» consignés (le verre & les fûts métalliques), encore majoritairement utilisés par les clients de la Consommation Hors Domicile
  • Les emballages à usage unique (verre, PET, carton, boîte acier)

 

Le circuit de reprise et de reconditionnement des emballages consignés représente entre 2 et 3 milliards de rotations par an et des parcs d'emballages réemployés de plusieurs millions de tonnes.

Les fûts métalliques

Durée de vie moyenne : 15 ans 
Réemployés environ 4 fois par an
3 millions de fûts intégralement réutilisés
+ de 17 millions d'unités vendues par an

Les bouteilles en verre pour boissons

Durée de vie moyenne : 3 ans
Réutilisables 4 à 5 fois par an
Parc de 150 à 250 millions de bouteilles
+ de 490 millions d'unités vendues par an

Ces deux formats font toujours l'objet d'une consignation auprès des
 établissements de la CHD et permettent d'économiser l'équivalent de

500 000 tonnes

de déchets d'emballages par an à traiter. 

Schéma de la logistique retour 

 


 

Un peu d'histoire…

Historiquement, il existait une obligation d’avoir recours aux emballages re-remplissables en CHR pour la bière, l’eau minérale et les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA).

Ces mêmes emballages associés à ces produits ont donc été consignés (loi du 13 janvier 1938), jusqu’à l’abrogation de ce dispositif en 1989 (loi du 23 juin 1989).

Dès lors, à partir de 1989 et avec la fin du système de consignation, les CHR ont eu de plus en plus souvent recours à des produits conditionnés dans des emballages « perdus ».

D’autres facteurs viennent expliquer cette montée en puissance des emballages « perdus » :

  • Le développement depuis près de 20 ans de nouveaux comportements de consommation (snacking, vente à emporter, restauration rapide…) accompagnés de nouveaux types de packagings – qui ont généré l’apparition de nouvelles formes de déchets, les emballages jetables entre autres.

  • Et de fait, l’accroissement sensible dans la filière boissons de la part des emballages à usage unique, dits «perdus» qui nécessite un traitement bien spécifique en terme de collecte et de tri en vue de leur recyclage.