La situation de l'hôtellerie française est encore très contrasté en 2021

Une étude du cabinet MKG

 

 

Après une année 2020 marquée par la crise sanitaire et vécue comme un véritable séisme par les professionnels de l'hôtellerie française, le bilan de l’année 2021 reste mitigé.

Le cabinet spécialisé MKG indique, dans son dernier point annuel de conjoncture, qu’en 2021, les établissements ont repris des couleurs mais ces améliorations sont plus ou moins marquées suivant les destinations : 

" Les dynamiques sont plus hétérogènes que jamais, selon les territoires et périodes de l’année" 

 

La France résiste

En 2021, les performances de l’hôtellerie française ont une nouvelle fois varié au fil des mois en fonction du contexte sanitaire. Plusieurs temps se dégagent :

1er semestre encore très marqué par les restrictions sanitaires :

– 67,2% de CA en janvier 2021

2nd semestre avec levée progressive des restrictions :

un recul de –15 à –20% selon les mois

Les dynamiques ont été très variables en fonction des régions et territoires. Les performances les plus proches de l’avant-crise ont été portées par les régions littorales et la Province dès l’été. L’étude note également une remontée progressive de Paris en toute fin d’année.

Au global, l’hôtellerie française clôture 2021 sur un repli de -43% de son chiffre d’affaires par rapport à 2019.

Une résilience plus forte des segments économiques

 

La clientèle venant de pays lointains, touristes ou voyageurs d’affaires, peinent à revenir visiter notre territoire. Ces éléments participent à créer de forts contrastes entre les régions et les différents segments de l’offre hôtelière. Ces écarts étaient déjà constatés en 2020.

  • Le taux d'occupation du segment haut de gamme / luxe, très dépendant du tourisme international, était de 32,5% à la fin 2021, soit un recul à -40,6 points par rapport à 2019.

  • Quand le taux d'occupation du segment "super économique" s’établissait à 50,4%, soit -16,4 points par rapport à 2019.  

Paris et ses hôtels de luxe est la première destination à en souffrir. A l'inverse, le Grand Ouest confirme profiter du tourisme domestique et de l'attrait du littoral.

La Bretagne pourrait même être qualifiée de grande gagnante de la crise sanitaire : fin 2021, elle est la région dont les performances hôtelières sont les plus proches de 2019 :

-16,7% en RevPAR et -14,2 points en fréquentation. 

 

EN SAVOIR PLUS SUR L'ÉTUDE

 

* RevPAR = Revenu par Chambre Disponible (RevPAR), un des indicateurs clés de l'hôtellerie. Il s'agit de la recette moyenne par chambre disponible.