Salon EGAST, du 18 au 21 mars 2018, Strasbourg


Sandwich & Snack Show, du 4 au 5 avril 2018, Paris Porte de Versailles

 

Taste of Paris, du 17 au 20 mai 2018, partout en France

 

Sirha Green, du 17 au 19 juin 2018, Lyon

 


Retour

Paroles de pro

 L'article

 

Pour ce nouveau numéro, nous nous sommes entretenus avec Alice Vasseur, responsable de marque CHD pour Monin. L’occasion de faire un bilan sur l’année passée et celle à venir.

 

1/ Si vous pouviez résumer l’année 2017 en un mot pour Monin …?

2017 est une très belle année pour Monin sur le marché de la Consommation Hors Domicile (CHD) en France. En effet, l’activité de la CHD est en croissance (+0,6% de fréquentation et +62 millions de visites en France en 2017 – source NPD Crest) et affiche un dynamisme fort de la catégorie boissons avec une hausse des ventes de +4,2% en CHR (– source Nielsen). C’est également une tendance que l’on observe à l’international sur nos différents marchés. S’ajoutent à cela des équipes soudées et mobilisées qui œuvrent au quotidien sur le terrain auprès de nos clients !

 

2/ Quels ont été les temps forts vécus par Monin pour 2017 relatif à l’univers du CHR ?

2017  a été marquée par :

  • L’investissement de 25 millions d’€ dans un nouveau site de production et du siège social à Bourges
  • Le lancement du premier Sirop d’Orange Spritz sur le marché, qui a été un véritable succès cet été, permettant de réaliser des Spritz, Virgin Spritz et de nombreuses déclinaisons avec ou sans alcool
  • L’innovation L’Artiste de MONIN, 1e solution pour le Latte Art et le topping permettant aux Barista de transformer leurs boissons en véritables œuvres d’art
  • L’accompagnement de nos clients au quotidien, notamment à travers de nombreux ateliers, organisés sur le terrain ou au sein de notre Studio à Paris, afin de leur faire découvrir les dernières tendances de consommation et de leur permettre de se perfectionner en cocktails ainsi que de développer une offre de boissons chaudes aromatisées 

 

3/ Quel message Monin souhaite-t-il faire passer avec ce nouveau site de production à Bourges, inauguré fin 2017 ? Quelles sont les spécificités de cette usine ?

Pour la création de son nouveau site, MONIN a souhaité rester au plus près de ses attaches et de Bourges, ville dont était originaire le fondateur de l’entreprise, Georges MONIN.

Suivant l’impulsion lancée par son grand-père et son père, Olivier MONIN continue d’investir dans les installations de production de pointe afin de permettre le développement rapide des nouveaux produits pour toute la zone EMEIA. Avec 6 nouvelles lignes de production, MONIN peut à présent doubler sa capacité de production et proposer une offre de produits toujours sans équivalent, dans 15 formats différents et plus de 150 parfums ; et ainsi répondre aux attentes des 150 pays dans lesquels l’entreprise est présente.

Ce nouveau site a nécessité deux années de travaux et 25 millions d’euros d’investissement pour bâtir 20 000 m2 d’usine et d’entrepôt ainsi que 2 500 m2 de bureaux.

 

4/ La naturalité signe-t-elle vraiment l’avenir du sirop en CHR ? 

Monin souhaite rester la meilleure marque en goût et en qualité, celle qui accompagne naturellement les bartenders, les baristas et l’ensemble des professionnels de la restauration. Face à une demande nationale et internationale, la naturalité est devenue une de nos priorités. Nous avons la volonté de travailler avec des ingrédients d’origine et notre objectif est de proposer d’ici fin 2018 une gamme avec quasiment 100% de parfums naturels.

 

5/ Monin souhaite diversifier son offre et dédier une palette de produits à la haute gastronomie. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Nous travaillons déjà étroitement et depuis de nombreuses années avec l’univers de la haute cuisine et ce dans de nombreux pays. Nos produits sont versatiles et peuvent être utilisées aussi bien dans des applications boissons chaudes et froides que des applications culinaires. Nous souhaitons continuer sur cette voie, c’est pourquoi nous travaillons avec deux chefs exécutifs à Bourges et en Floride, ainsi qu’en partenariat avec l’Institut Paul Bocuse.

 

6/ S’il y'avait un grand chantier à évoquer pour cette année ? 

Tous les projets chez MONIN ont leur importance, depuis la recherche et développement jusqu’à la mise en application par nos clients en passant par le lancement de nos innovations et l’activation sur nos différents marchés ! Si nous devions citer un grand projet ce serait notre présence digitale afin de pouvoir offrir une expérience à 360 degrés à nos clients et leur faire vivre une expérience de marque complète autour de nos produits, services et techniques. Notre souhait est d’engager l’ensemble des professionnels de la restauration dans l’échange et le partage via nos différents réseaux sociaux : Facebook, Instagram, Youtube et les rassembler autour de notre marque #moninspiring. 

 

 

 

 

 




 

 


 

Lire la suite

© Une publication de la Fédération Nationale des Boissons | Conception-Création : BRAND&BUZZ | Conception-Réalisation 2exVia avec MasterEdit©