Déconfinement progressif à partir du 11 mai mais pas pour les Cafés, Hôtels, Restaurants !

Les distributeurs-grossistes en boissons très inquiets alertent !

Après un mois de confinement, le chef de l'Etat a annoncé, ce lundi soir, qu'il prolongeait cette mesure jusqu'au 11 mai prochain. Mais aucune précision quant aux bars, cafés, hôtels, restaurants qui « resteront fermés au-delà de cette date » ; tout comme les manifestations et festivals qui se voient par ailleurs interdits « au moins jusqu’à la mi-juillet » selon ses propos.

Un mois déjà que tous ces lieux ont été contraints de baisser le rideau du fait de la crise Covid 19 et, avec eux, c’est tout le secteur la Consommation Hors Domicile et du tourisme qui subit de plein fouet la crise.

Nos entreprises travaillent exclusivement, ou en très grande majorité, pour ces lieux de partage et de convivialité, essentiels à la vie du pays. C’est donc l’ensemble de nos activités qui est impacté et place nos entreprises dans une grande fragilité économique, et ce malgré les mesures de soutien du Gouvernement et des régions que nous saluons.

  • Près de 600 entreprises, majoritairement des TPE/PME représentant plus de 12000 emplois directs, sont à l’arrêt ou presque (seules les livraisons à destination des maisons de retraite, EHPAD, et hôpitaux sont maintenues).

  • Elles affichent une perte de chiffre d’affaires de plus de 50 % sur le mois de mars, et une perspective à -100% sur avril et au-delà.

Nos clients CHR souffrent et craignent légitimement pour l’avenir de leur établissement et de leurs équipes. Ils ne peuvent plus honorer leurs factures, ce qui représente, pour nos entreprises , un risque en termes d’encours de plus de 150 millions d’euros depuis le début de la crise, montant auquel s’ajoute, le cas échéant, le remboursement des prêts consentis par la profession.

Dans le même temps, nos entreprises doivent honorer leurs charges, en priorité les salaires des collaborateurs et les factures fournisseurs, de façon à ne pas enrayer toute la chaîne, fragiliser la reprise et pénaliser plus encore l’économie du pays.

Malgré de très grandes difficultés, nos entreprises s’efforcent de tenir, et soutiennent leurs clients pour construire ENSEMBLE « l’après Coronavirus », avec l’aide de producteurs qui affichent une solidarité pleine et entière à nos côtés.

Mais la situation est critique. Cette crise frappe notre pays au pire moment, le début de la saison touristique, celle-ci représentant pour certaines entreprises plus de 70% du chiffre d’affaires annuel !

L’incertitude, quant à la date et aux conditions de la reprise, accentue les inquiétudes grandissantes sur les conséquences à moyen et long terme de cette crise sans précédent, au-delà de la période de confinement et de fermeture des établissements.

Bruno Lemaire a indiqué ce jour :

L'hôtellerie, la restauration, le tourisme, l'évènementiel vont être pour moi une priorité. Nous travaillerons à un plan spécifique avec Jean-Baptiste Lemoyne. Le report de charges pourra se transformer en annulation si ces secteurs ne retrouvent pas rapidement du chiffre d’affaires. 

Nos entreprises sont pleinement engagées pour faire face à cette épreuve collective. Aussi, nous appelons les pouvoirs publics à intégrer nos entreprises au plan spécifique en préparation et à étudier, dès à présent, toutes les mesures qui pourraient être définies afin de permettre la réouverture progressive des cafés, restaurants, hôtels, dès le 11 mai prochain, … tout en garantissant bien sûr la sécurité sanitaire de tous, collaborateurs et consommateurs.

Jean-Jacques Mespoulet, Président de la FNB

Télécharger le CP