Covid-19 : l’étude qui mesure

le risque de défaillance des cafés, hôtels et restaurants (CHR)

Communiqué de presse

Dans une économie où les cafés, hôtels et restaurants ont été fortement impactés par les mesures de restrictions sanitaires, le Cercle Perspectives publie une étude des risques de défaillance dans les établissements CHR à fin mars. 

Le Cercle Perspectives regroupe 17 des 60 premiers cabinets d’expertise-comptable et près de 15 000 professionnels. L’étude a été réalisée sur la base des données collectées auprès d’un panel de 1 517 établissements indépendants CHR, toutes régions confondues.

Conçu comme un outil de pilotage autour de 5 indicateurs clé :

  • redressement judiciaire,
  • consommation du PGE,
  • activité partielle,
  • retard sur les charges sociales,
  • retard sur les charges fiscales et impayés fournisseurs.

Cette étude a pour objectif de mesurer le risque de défaillance dans ce secteur d’activité stratégique pour l’économie nationale.

 

 

Un risque de défaillance préoccupant à l’échelle nationale

50%

c'est le niveau moyen du risque de défaillance pour les CHR

2/3

des établissements analysés présentent un niveau de risque de défaillance égal ou supérieur à 50%

" Ce constat particulièrement préoccupant appelle à la mise en place de mesures toniques pour accompagner dans la durée ce secteur d’activité stratégique, telles que l’allongement de la durée du remboursement du PGE ou la suppression temporaire des charges sociales sur les salaires. "

 

Laurent Chapart, Président du Cercle Perspectives

L’analyse par typologie de risque de défaillance fait ressortir des résultats disparates :

85%

des établissements interrogés font usage de l’activité partielle

2/3

des établissements indépendants ont entamé leur PGE pour payer leurs frais fixes et préserver leur flexibilité financière

31%

des établissements affichent un retard de paiement des charges sociales ou fiscales

18%

des CHR accusent des impayés fournisseurs

Un risque de défaillance proportionnellement plus élevé pour les établissements de petite taille

Le montant du PGE qui ne peut dépasser 25% du chiffre d’affaires de l’établissement reflète la taille de l’établissement et de son chiffre d’affaires : les entreprises ayant bénéficié d’un PGE significatif de 249 000 euros présentent des risques de défaillance moins élevés que celles ayant réalisé un emprunt inférieur.

 

Certaines activités sont moins touchées par le risque de défaillance

Les campings enregistrent le plus faible niveau de risque de défaillance. L’activité a bénéficié d’une saison estivale 2020 encourageante qui a permis aux chefs d’entreprise de se constituer une trésorerie suffisante durant la saison hivernale où ils sont fermés.

 

D’autres présentent des risques de défaillance plus élevés

34% des entreprises des services de traiteur affichent un niveau de risque de défaillance compris entre 75 et 100%. Cela peut s’expliquer notamment par la nature du marché qui est intimement lié à l’événementiel, l’un des secteurs les plus durement touchés depuis le début de la crise sanitaire.

 

Top 3 des régions accueillant les établissements les plus à risque