Les grossistes en boissons prêts pour

la réouverture des établissements CHR

(cafés, hôtels, restaurants)

 

 

 

Le 19 mai prochain marquera le commencement d’une véritable (re)naissance pour bon nombre d’acteurs de la filière CHR avec la réouverture des terrasses !

C’est potentiellement 200 000 établissements qui s’apprêtent à rouvrir au même moment. Les grossistes en boissons et leurs fournisseurs s’attèlent pour permettre à chacun d’être au rendez-vous de ce moment tant attendu !

 

LES FRANÇAIS SE PROJETTENT AVEC IMPATIENCE

 

Les français trépignent d’impatience pour reprendre le chemin des lieux de convivialité par excellence que sont les bars, cafés, bistrots, restaurants… : « Je crois qu’avec cette crise, tout le monde s’est rendu compte à quel point ils étaient essentiels », affirme Jean-Jacques Barre, gérant d’Atlantique Boissons à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes pour Ouest France.

68%

des français ont déjà réfléchi à où et avec qui ils comptent s’y rendre le 19 mai prochain

80%

des Français déclarent avoir l’intention de se rendre dans les CHR au moins aussi souvent qu’avant la crise

24%

des Français déclarent avoir l’intention d'aller encore plus souvent qu'avant au restaurant

Source : sondage Harris Interactive pour CCEP France

 

LE CALENDRIER ANNONCÉ SONNE COMME UNE VÉRITABLE BOUFFÉE D’OXYGÈNE

« Même s'il s'agit de premières mesures inscrites dans un calendrier de réouvertures progressives, cette date du 19 mai constitue une lueur d'espoir pour la profession avec des perspectives de reprise d'activité bienvenues pour toute notre filière en grande souffrance depuis plus d’un an »

Loïc Latour, PDG de France Boissons, Vice-Président de la FNB – source Auvergnat de Paris

 

Malgré une année 2020 très difficiles et un premier semestre 2021 qui le sera tout autant, les grossistes en boissons sont restés fortement mobilisés pendant la crise et se préparent depuis plusieurs semaines pour accompagner la reprise de leurs clients, bars, bistrots, cafés, restaurants… 

Une si longue période de fermeture nécessite des mesures d’accompagnement très spécifiques, à tous niveaux.

Au-delà d’organiser au mieux la reconstitution des stocks afin d’éviter toute pénurie, de livrer dans les temps les commandes et de remettre les équipements en marche, il convient de préparer les équipes, les aider à retrouver les bons réflexes ou encore leur rappeler les règles à respecter en matière de gestes barrières et protocoles sanitaires.

Certains d’entre eux ont également repensé leur organisation et leur offre de services.

Ces « acteurs de l’ombre » qui œuvrent au quotidien pour que cette reprise soit une véritable fête nous en parlent :

 

« Ça sonne de tous les côtés ! On rassure nos clients sur le fait d’être en capacité de les approvisionner. Sodiboissons est une société agile et s’il faut travailler 24/24, on le fera pour créer une fluidité dans les livraisons », Laurent Pecqueur, Directeur Général de Sodiboissons. 

« Je ne suis pas adepte du flux tendu, nous avons décidé de sur-stocker pour être prêts pour la réouverture des établissements CHR », Jean-Jacques Barre, gérant d’Atlantique Boissons

Même discours chez Ouest Boissons : « durant le mois d’avril, 50 semi-remorques se sont relayés pour procéder aux réapprovisionnements ».

François Guy, Président de SOREDIS, a lancé un défi à ses collaborateurs : le « Soredis Challenge », 60 jours pour retrouver la forme avant la reprise d’activité.

Sur le même thème, la Maison Bonifassi a mis en place des séances de coaching de remise en forme pour les chauffeurs-livreurs, afin d’éviter les blessures après cette si longue période d’arrêt. Une pratique très largement déployée par chaque entreprise et sous différentes formes.

Le Groupe Cozigou a renforcé son pôle formation avec le lancement d’un nouvel institut de formation à Lorient : « On forme 800 à 1000 clients tous les ans », souligne Antoine Cozigou, PDG du groupe. Il a également créé un centre technique régional de remise en service de matériel, Comptoir Service. Les machines à café et tirages pression récupérés chez les clients pourront ainsi bénéficier d’une seconde vie. Cette initiative permet la création de 5 emplois.