Pour 2022, laissez-nous travailler
pour que la France reste la 1ère destination touristique mondiale

A l’issue d’une réunion de rentrée, les membres de la Confédération des Acteurs du Tourisme (Tourisme = 8 % du PIB français et 2 Millions d’emplois) formulent un vœu pour l’année 2022 : « Laissez-nous travailler pour que la France reste la 1ère destination touristique mondiale »

 

Au travers d’un récent communiqué de presse, les membres de la Confédération des acteurs du Tourisme interpellent le gouvernement :

 

"Pendant cette crise, nos activités ont démontré toute leur utilité. Nous sommes essentiels à l’économie et à la société de notre pays, nous sommes cet « art de vivre à la française » : la convivialité, le vivre ensemble et le partage, source d’innovations et de nouvelles coopérations".

Ils rappellent que le Gouvernement a déployé de nombreux dispositifs d’aides pour soutenir le secteur du tourisme, mais soulignent que « le tourisme n’a pas été plus favorisé que les autres secteurs également impactés par la crise sanitaire et ses restrictions. » 

A très court terme, ils demandent que des mesures urgentes soient prises pour passer le cap de la 5ème vague :

  • La révision des paliers d’accès pour la prise en charge des frais fixes et l’activité partielle, de façon à rendre les entreprises réellement éligibles à ces aides.

  • Des exonérations et des allégements de charges pour accompagner le maintien et l’attractivité de nos emplois et comme condition indispensable au rebond du tourisme en 2022.

  • Le Prêt garanti par l’Etat (PGE) doit être traité de manière particulière par rapport aux autres dettes de l’entreprise et ne doit en aucun cas marquer l’entreprise au « fer rouge » vis-à-vis du secteur bancaire.  Les entreprises du tourisme ne pourront pas faire face, à la fois, à la dette PGE et à l’obligation d’investir pour renouveler leurs offres pour rester compétitives au niveau européen et mondial.

Enfin, ils soulignent que si le virus du covid-19 devient endémique, ils devront s'adapter dans le but indispensable de préserver à la fois les finances publiques et  le maintien à un niveau viable les activités de nos entreprises.

"Nous portons l’ambition collective de renouer avec la compétitivité pour rester la première destination touristique mondiale et réussir les grands évènements sportifs internationaux de 2023 et 2024".