Au 1er trimestre 2021, zoom sur la situation catastrophique des CHR

 


 

Un baromètre signé GNI

 

 

Le Gouvernement vient d'annoncer un possible déconfinement progressif, incluant la réouverture des établissements. Une bonne nouvelle pour ces professionnels, qui vivent une situation absolument désastreuse. Selon l'Observatoire GNI I+C, les chiffres du secteurs sont au plus bas : sur l’ensemble du premier trimestre 2021 (janvier-février-mars), le chiffre d’affaires de la filière s’écroule de - 84 % à un an d’intervalle.

Sur les douze mois (en cumulant les pertes de chiffre d’affaires) la baisse est vertigineuse, à hauteur de - 67 % à l’issue du trimestre.

Pour les restaurants, les cafés et bars fermés depuis le 29 octobre 2020, la situation est particulièrement critique. Certains professionnels ont développé de nouveaux services, tels la vente à emporter et la livraison à domicile, mais cela ne compense en aucun cas la perte actuelle de chiffre d'affaires. 

Les pertes de chiffre d’affaires de la restauration atteignent donc - 89 % au cours du premier trimestre 2021 comparé à un premier trimestre 2020.

Les professionnels des débits de boissons voient, quant à eux, leur chiffre d’affaires s’écrouler de - 92 % sur l’ensemble du premier trimestre 2021 par rapport au même trimestre de l’année précédente.

" Sans trésorerie, la réouverture risque d’être très difficile pour les cafés et les restaurants. Afin d’éviter un carnage, il sera indispensable que les mesures d’accompagnement des entreprises demeurent tant que la situation économique l’exigera "

Didier Chenet, Président du GNI. 

Les hôtels ont pu rester ouverts mais l’absence de clientèle étrangère comme nationale pèse très lourdement sur leur activité. La fréquentation des hôtels est en chute libre depuis le début de la crise sanitaire et certains professionnels ont été contraints de fermer leur établissement faute de clients. L’hôtellerie accuse une perte de - 74 % sur ce premier trimestre 2021.

Les pires résultats sont observés en Ile-de-France (la clientèle étrangère et la clientèle d’affaires ayant désertées Paris), dans le Centre, sur le pourtour méditerranéen et en Auvergne-Rhône-Alpes (en lien avec la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de sports d’hiver). Sur la façade atlantique, le chiffre d’affaires plonge également mais dans une moindre mesure, les vacanciers ayant privilégié ces régions cet hiver.

 

Source : La Revue des Comptoirs, avril 2021