Zoom sur les opportunités de croissance pour
les fournisseurs & distributeurs de softs drinks en hors domicile

Selon la récente étude du cabinet CGA, les ventes de boissons softs en France affichent de belles perspectives sur le marché de la consommation hors domicile en 2022.

1/3

du total des volumes hors domicile est généré par les cafés, les bars, les restaurants et les hôtels

3 consommateurs sur 5

affirment que les expériences vécues ici influencent leurs dépenses ailleurs

Il est donc essentiel que les fabricants comprennent le rôle spécifique que joue la consommation sur place dans le circuit élargi, et qu’ils trouvent leurs solutions pour influencer les dépenses.

 

 

Pour le moment, les volumes restent juste en deçà des niveaux prépandémiques, avec des ventes totales de softs (hors eau) au second semestre 2021 en baisse de 13,6 % par rapport à la même période en 2019. Il s’agit d’une meilleure performance que la baisse de 17,2 % enregistrée dans la catégorie des bières et des cidres, et à mesure que la confiance des consommateurs s’accroît, on peut s’attendre à ce que les dépenses sur le marché des boissons non alcoolisées continuent d’augmenter.

Si on examine les tendances des sous-catégories au cours des six derniers mois de 2021, les volumes de boissons sportives et énergétiques ont augmenté de 20 % – soit près d’un demi-million de litres – par rapport aux niveaux de 2019. Les boissons à base de cola ont quant à elles eu du mal à retrouver leur position prépandémique, leur part du marché des boissons softs ayant diminué de 1,8 %.

Comprendre les tendances des boissons non alcoolisées dans les différents types de points de vente et par région est un autre élément clé de la planification stratégique. Les restaurants ont augmenté leur part de la catégorie de 2,1 % au cours du second semestre de 2021, tandis que la région méditerranéenne a augmenté sa part des ventes d’eau de 3 %, les consommateurs citadins se réfugiant dans les zones côtières.

Les données de consommation de CGA fournissent beaucoup plus d’informations pour aider les fournisseurs et les opérateurs à stimuler l’essai, l’exploration et l’achat de leurs marques. Elle montre en particulier comment les consommateurs aiment explorer de nouvelles boissons non alcoolisées.

Plus d’un tiers (36 %) disent avoir essayé des boissons dans les établissements qu’ils n’avaient jamais goûtées auparavant – ce qui favorise la croissance des petites marques au détriment des plus grandes, les cinq premières marques de boissons softs ayant perdu 1,4 % de parts de marché depuis 2019.

 

Les boissons rafraîchissantes s’inscrivent parfaitement dans la tendance à la modération de la consommation d’alcool en France.

Plus d’un quart (29%) des consommateurs sont attirés par les marques sans alcool ou à faible teneur en alcool parce qu’ils ne veulent pas boire à chaque sortie. Le fait de répondre aux moments de consommation modérée représente une opportunité importante pour les fabricants et distributeurs de s’attirer de nouveaux consommateurs de softs et de générer de nouveaux volumes.

En outre, le maintien d’un bon rapport qualité-prix est crucial pour la fidélisation à la marque. Parmi les deux tiers (69%) des consommateurs de boissons non alcoolisées qui commandent des marques spécifiques, le « bon rapport qualité-prix » reste le premier facteur de choix, juste avant la qualité. Ainsi, les entreprises du secteur de la restauration hors foyer en France devront prêter une attention particulière à la valeur, tout en attirant les consommateurs désireux de s’offrir des boissons haut de gamme ou d’élargir leur choix.

" Le secteur hors domicile français reste indispensable pour permettre aux fournisseurs de boissons softs de se rapprocher des consommateurs et développer leurs marques.

Alors que les dernières restrictions sur le marché sont levées, nous pouvons être prudemment confiants : le commerce va se redresser progressivement tout au long de 2022, mais le marché sera fragile pendant un certain temps encore. La concurrence pour les parts de marché, ainsi que les changements discrets mais importants dans les habitudes des consommateurs, exigent plus que jamais de comprendre les toutes dernières dynamiques du marché et d’y répondre. "

Graeme Loudon, Directeur général de CGA EMEA