The NPD Group dévoile le bilan 2021 de la restauration hors domicile

 

 

En 2021, le marché de la restauration hors domicile reprend des couleurs. Bien que les établissements soient restés fermés au public pendant cinq mois, comme en 2020, l’année s’est achevée sur une croissance de 6 % en visites et 5 % en dépenses. Un regain encore loin des résultats de 2019, puisque le marché affiche un retard de 30 % en visites et 35 % en dépenses, en comparaison de cette année de référence.

Comme en 2020, la RHD reste portée par la restauration rapide, mieux adaptée aux mutations du marché.

Si la vente à emporter était déjà généralisée, la rapidité et la flexibilité du service, la diversité des offres et un meilleur turnover, ont permis au circuit de ressortir gagnant avec + 13 % en visites et + 15 % en valeurs par rapport à 2020.

Cette bonne santé hisse le circuit à seulement 12 points de ses résultats de 2019, en fréquentation. Plus impactée, la restauration à table, qui avait perdu la moitié de sa fréquentation et de son chiffre d’affaires en 2020, recule pour la deuxième année consécutive, avec 12 % de visites en moins. 

Nomade or not nomade ?

La fermeture des établissements au public, puis le télétravail (imposé ou non) ont profondément transformé la structure du marché. À l’instar des usages outre-Manche, la consommation hors établissement, aussi bien en livraison qu’à emporter, s’est installée de manière durable dans les habitudes des Français. Son poids est passé de 63 % du marché total en 2019 à 81 % en 2021, tous circuits confondus. La restauration à table, contrainte de réinventer son offre au moment des fermetures de 2020, réalise 30 % de ses ventes hors établissement (contre 15 % en 2019). Le télétravail a également redistribué les cartes lors du choix du lieu de restauration : la proximité (trajet inférieur à 15 minutes) l’emporte aujourd’hui sur le cadre ou la carte.

Le digital explose

La digitalisation des commandes a bondi sur tous les circuits de la RHD. Aujourd’hui, les commandes passées via une application, un ordinateur ou une borne représentent 470 millions de visites sur ce marché, soit 7 % des visites totales, contre seulement 2 % en 2019. La restauration rapide occupe la première place, avec une commande sur 10 réalisée par le biais du digital, tandis que ce type de commande ne compte que pour 3 % du volume total en restauration à table. Sans surprise, ce sont les jeunes générations qui ont pris le virage du numérique, puisque 57 % des commandes digitales sont réalisées par les 18-34 ans (contre 42 % sur le marché global de la RHD).

« Avec la crise, la façon de consommer des Français est devenue moins sédentaire, plus axée sur la rapidité et la flexibilité. Les Français continuent toutefois de plébisciter la restauration assise pour les sorties conviviales à l’occasion desquelles l’expérience gustative prime. L’envie de se faire plaisir en commandant des plats de qualité, un cocktail ou encore un dessert, de profiter d’un cadre accueillant ou d’une animation, sont autant de motivations pour renouer avec ce type de fréquentation assise. Bonne nouvelle pour les restaurateurs : le ticket moyen de ces moments devenus privilégiés augmente (la consommation sur place gagne 5 % par rapport à 2019 ) »

Maria Bertoch, experte foodservice au sein de The NPD Group

 

Et pour 2022 ?

The NPD Group prévoit une année 2022 tournée vers la sortie de crise, avec une progression totale des dépenses projetée à 21 % par rapport à 2021. Dans les mois à venir, le marché global renouera avec la croissance, pour se rapprocher en 2023 de son niveau de 2019.

 


Zoom sur les tendances à suivre en 2022

Poke bowl

Le succès des poke bowls

Veggie

Une offre toujours plus verte

Génération Z

La génération Z (1997-2010)

L’offre de restauration à emporter puise toujours son inspiration ailleurs

Offre en ligne

Des offres disponibles exclusivement en ligne