Zoom sur le monde d'après pandémie

et le consommateur de demain

Philippe Goetzmann, l'expert en consommation, a décrypté le visage de la CHD de demain à l'occasion du dernier Congrès du snacking 2021. En voici les principaux enseignements, même s'il est difficile d'en dessiner tous les contours. 

La pandémie, véritable moteur du changement ? La réponse est non ! Les fondamentaux d'avant Covid-19 sont restés les mêmes, ils se sont simplement renforcés. Le virage était donc déja amorcé, la situation n'a fait qu'accélérer le processus. Sur les 18 derniers mois, 2 forces ont été impactantes : le digital et la nature de la consommation

Le digital s'est brusquement invité dans les foyers français et a bousculé les habitudes durant le 1er confinement, alors que les restaurants sont restés fermés. 

10% des ménages français se sont mis à l'intégrer à leur quotidien, représentant ainsi 2,7 millions de personnes. Toutes les catégories de personnes étaient concernés, même les séniors. 

De quoi submerger des circuits comme le drive et changer la nature de l'offre de service des professionnels. 

" Il y a 2 ans encore, passer commande pour se faire livrer était quelque chose de transgressif. Aujourd'hui, commander via Deliveroo et Uber est devenu banal ".

Philippe GOETZMANN, Expert en consommation

3 contraintes majeures pèsent sur la consommation alimentaire : celle du temps, de l'espace et du prix.

Le temps

contrainte liée au temps compté, au temps disponible et contraint. Un facteur qui profite largement au snacking.

L'espace

contrainte en lien avec la montée en puissance du télétravail. Une journée en moins au bureau, c'est -20% de CA pour les établissements. 

 

Le prix

la crise a creusé des inégalités mais les français continuent de se faire plaisir. Les parts servicielles sont amenées à augmenter alors que les barrières tombent entre les circuits retail et restauration. 

Source : Snacking 2021